13 - Jean Joseph Étienne LENOIR (1) (1822 - 1900) [1][2][3]

‍   Application des métaux les uns sur les autres

Basic patent

French patent          19606

Application date:    16  May 1854

Grant date:             6 July 1854


Mémoire 

descriptif d'un procédé ayant pour résultat de superposer les métaux riches sur d'autres métaux moins riches ou plus oxydables et de leur donner des tons de coloration imitant les couleurs d'étoffes de soie ou de velours, par l'immersion, dans des bains préparés à cette effet, sans le secours de la pile pour l'argenture.

Description

Après avoir constaté la facilité avec laquelle l’hyposulfite de soude ou de potasse abandonnait les métaux qu'il tenait en dissolution, je me suis occupé de prendre les métaux que je voulais traiter susceptibles d'être dissous dans ce même hyposulfite, ce qui depuis longtemps était le sujet de nombreuses recherches. 

Argenture

Je dissous d'abord l'argent dans l'acide nitrique, je le précipite par l'acide muriatique, le lave à grandes eaux; dans cet état il se dissout très facilement dans l’hyposulfite dans les proportions de vingt parties sur une d’argent. Les proportions peuvent varier en rapport à la rapidité avec laquelle je veux déposer l'argent sur le métal primitif. Alors je fais chauffer le bain et y plonge les pièces, après les avoir bien décapées, et les laisse le temps proportionnée à l'épaisseur de la couche de recouvrement que je veux leur donner. 

Dorure

Pour la dorure j'agis comme pour l'argenture en employant le chlorure d’or dans l’hyposulfite de soude. 

Aciérage

Pour l’aciérage je fais dissoudre de l'acier ou du fer dans un mélange d'acide nitrique et muriatique ou bien acide muriatique seul ou tout autre acide, mais je préfère l'acide muriatique et nitrique ensemble et après avoir bien volatilisé l'acide, je prends une partie de ce résultat que je fais redissoudre dans de l'eau chargée de vingt parties d’hyposulfite de soude et continue comme pour l'argenture en graduant selon les besoins

Cuivrage

Pour le cuivrage, j'emploie le chlorure de cuivre, le sulfate de cuivre, le nitrate et le ___ dissous dans les proportions de l’aciérage.

Coloration des métaux. 

Je prends du bain servant à l'aciérage dans des proportions que je détermine moi-même dans les opérations et après avoir décapé mes pièces je les trempe dans ce bain qui se trouve dans un état de chaleur ainsi qu'il suit: 

quand je veux obtenir des couleurs rose et rouge clair, je chauffe peu et j'augmente la chaleur quand je veux obtenir des couleurs plus foncées. Lorsque je veux obtenir les couleurs vertes et jaunes, je mets dans ma dissolution une partie de mon bain d’argent. 

Pour ces motifs, je demande un brevet d'invention de 15 années avec facilité de prendre des additions de perfectionnement, à volonté, pour l'application de l’hyposulfite de soude et autres à la fabrication des bains d’or, d’argent, d’acier, de cuivre et la coloration de tous les métaux et pouvant les recouvrir les uns par les autres.


_______________________________________

[1] FamilySearch database (KC86-FJP)

[2] Wikipedia

[3] galvanoplaste, galvaniseur

(13/11/2021)